fond_hero
 
Communications Isabo
Communications Isabo

L’exposition World Press photo 2019

12 Septembre 2019 / Événements

Depuis le 28 août dernier, au marché Bonsecours, vous pouvez admirer les œuvres de 4 700 photographes venant de pays aux enjeux et aux réalités différentes des nôtres. En tout, c’est 78 000 photographies qui ont été soumises pour la plus grande exposition de photojournalisme, le World Press Photo.

L’événement, qui en est à sa 14e édition, est reconnu pour ses photographies percutantes qui dénoncent des injustices, des guerres et des sujets tabous.

Comme d’habitude, une seule photo gagne le titre de la « meilleure » photo. Cette année, c’est le photographe John Moore qui a remporté ce prix pour avoir capturé la petite Yanela Sanchez, en larmes, suite à l’arrestation de sa mère puisqu’elle avait traversé la frontière du Mexique et des États-Unis. La photo illustre bien la réalité des familles qui traversent la frontière américaine illégalement.

Communications Isabo


Brent Stirton faisait lui aussi partie des candidats en lice pour avoir pris en photo une membre de l’Akashinga, un regroupement de femmes qui luttent contre le braconnage.

Communications Isabo


Il y avait également Catalina Martin-Chico qui a pris un portrait d’une guerrière qui faisait partie des forces armées révolutionnaires de la Colombie. À cet instant, cette femme portait son sixième enfant. Pour ces guerrières, avoir un enfant était très mal vu, car elles devaient se consacrer au combat.

Communications Isabo


Chris McGrath s’était quant à lui démarqué avec sa photo d’un homme qui retient les médias qui tentent d’en apprendre plus au sujet de la disparition du journaliste et chroniqueur Jamal Khashoggi en Turquie.

Communications Isabo


Marco Gualazzini, un autre finaliste, a capturé un jeune orphelin tchadien qui passe devant un mur couvert de dessins de lance-grenades.

Communications Isabo


Puis, Mohammed Badra aurait pu remporter le prix avec sa photo d’un homme et d’un enfant syriens qui reçoivent un traitement médical suite à la libération d’un gaz suspect dans leur ville.

Communications Isabo


Pour voir toutes les photos, il faut se rendre sur place! L’exposition, qui illustre la brutalité et la vérité, est présentée jusqu’au 29 septembre, alors ne tardez pas trop!

Partager sur :

Communiquez avec nous
pour discuter
de votre projet

450 608-3010